2017 : Islande : Terre de feu et de glace [Log1]

///2017 : Islande : Terre de feu et de glace [Log1]

Nous sommes parties en Islande avec Comparse et RJ le 30 Octobre, et sommes resté 9 jours en Islande. Un road trip de 1500km approximativement. Des paysages à couper le souffle. Ma meilleure amie et moi plus de 3 jours, ouai, c’est une aventure et une nouveauté.

Alors qu’avons nous fait ? Rouler, de la cote Ouest à la cote Sud. Fait de la plongée snorkeling en combinaison étanche, de la rando sur glacier ainsi qu’une initiation à la cascade de glace. Visiter une grotte de glace, sous un glacier. Du moto neige, et une excursion pour voir des baleines. Cette dernière s’est soldé par un échec, elle fut remplacé par une croisière pour voir des Aurores boréales, qui fut annulé … La faute à pas de chance.

Mon seul regret sur le voyage sera de ne pas avoir vu la carcasse de l’Avion au abords de Vik. Nous devions y aller mais ce jour la, une tempête s’est levé, nous devions rendre la voiture le soir à Reykjavik, des vents soufflait à 120km, c’était fortement déconseillé de rouler, mais nous devions rentrer. On ne s’est donc arrêté nul part, et avons tracé la route durant pendant 5h.

Je vous avouerais avoir un peu de flemme pour décrire plus notre voyage, et je laisse la parole à Eléonore, qui a eu le courage de finir.
Voici donc avec son résumé.

Vous trouverez à la fin un reportage et un zapping de notre voyage, ainsi que les albums photo en lien.


Road Trip en Islande

Découvrir l’Islande au fil de la route serpentant dans les plaines vallonnées bordées par les glaciers : voici comment on pourrait résumer notre road trip de neuf jours sur la fameuse Terre de Glace. Mais comme un simple résumé ne rendrait point hommage à ce beau voyage, je vais prendre un petit peu plus de temps pour vous conter cette aventure.

Pourquoi un road trip ?
La plupart des gens me connaissant savent à quel point les jeux vidéo influencent mes choix de destination pour voyager. Final Fantasy XV (non, je n’en parlerai pas) m’a au moins donné envie de faire un road trip dans un pays étranger – chose plutôt paradoxale quand on connaît mon amour pour la conduite.

Je savais l’Islande réputée comme destination propice pour cette façon de voyager, avec sa route principale faisant le tour du pays. Quel hasard : je voulais aller en Islande depuis des années, mais à cheval – et j’y retournerai à cheval, assurément.

L’Islande est un pays nordique entre le Groenland et la Norvège. Les conditions climatiques sont plutôt rudes, la météo aussi capricieuse qu’en Normandie, et les prix très élevés. Mais non de non que ce road trip fut une expérience magique.

Nous sommes partis à trois (Pauline, Paul-Antoine et moi-même) en réservant notre véhicule, nos hôtels et nos activités bien à l’avance (#quandtaimequetoutsoitorgasixmoisàlavance).

L’itinéraire était déjà tracé pour nous faire découvrir l’ouest et le sud du pays. On y trouve les points d’intérêt les plus connus et touristiques de l’Islande, notamment le célèbre Cercle d’Or. D’ailleurs des touristes, il y en a beaucoup, mais en gérant bien son timing, il est plutôt facile d’éviter les bains de foule sur les points d’intérêt et force est d’admettre qu’on possède l’agréable impression d’avoir la route pour nous tout seul.

A cette période de l’année, le soleil se lève vers 9h pour se coucher vers 17h. Des journées déjà courtes dont nous tenions à profiter pleinement. Pour cela, au volant de notre Suzuki Cross, nous prenions la route très tôt le matin (généralement vers 5h) afin d’arriver sur place au lever du Soleil.

Sur cinq jours, nous avons conduit plus de 1500km avec une moyenne de 300km par jour. J’ai conduit la majorité du temps, et notre Suzuki était très agréable à piloter.

Rouler sur la route principale était un bonheur ; un plaisir à part entière. On roulait parfois des heures sans croiser quelqu’un et on s’arrêtait régulièrement au milieu d’on ne savait où pour profiter du paysage et prendre des photos. On adorait juste le plaisir de rouler pour rouler.

Dans un road trip, la voiture n’est pas qu’un simple véhicule permettant d’aller d’un point A à un point B – elle est essentielle au voyage et la route est déjà un plaisir, tout comme une randonnée à pied ou à cheval.

Le pays est vaste, à la fois vide et majestueux, comme surveiller par les glaciers couverts de neige. La Terre de Glace porte bien son nom. Nous avons d’ailleurs pris un plaisir fou à arpenter ses glaciers grâce à une randonnée en crampons, (avec une initiation à l’escalade d’un mur de glace au piolet) ainsi qu’un circuit en moto neige (conduire cette bécane fut une expérience géniale).

La glace est d’un bleu des plus purs, souvent saupoudrée de cendre (le pays étant volcanique), offrant des nuances de couleurs sublimes. On en prend plein les yeux. J’ai eu un véritable coup de coeur pour Jökulsárlón, le plus grand lac proglaciaire du pays, avec ses icebergs venant s’échouer sur la plage de sable noir. Bref si vous aimez l’hiver, l’Islande est une destination pour vous. Le spectacle doit encore être plus énorme vers février/mars, quand le pays est sous la neige.

L’Islande est aussi un pays de cascades. On en croise beaucoup en suivant la route, mais certaines, immenses et vertigineuses, sont de véritables « attractions ». Ces points d’intérêt très appréciés des touristes sont plus agréables à découvrir au lever du Soleil : les couleurs sont magnifiques et la foule plus discrète.

Les geysers du Cercle d’Or sont également très fréquentés, mais c’est amusant d’attendre de les voir exploser. On connaît bien l’Islande pour ses sources chaudes. Si vous sentez une odeur de souffre, c’est que vous êtes proches du but. Nous n’avons pas traîné nos pieds jusqu’au Blue Lagon, réputé comme l’est la Tour Eiffel à Paris. Nous ne tenions justement pas à être encerclés de touristes et avons préféré une piscine naturelle en pleine montagne et à la belle étoile. Si elle était loin d’être très chaude, cette randonnée nocturne nous a offert de supers souvenirs.

Pour refroidir l’atmosphère, nous nous sommes essayés à la plongée en masque et tuba dans les eaux de Silfra. L’eau étant à 2°C, la combinaison étanche était de rigueur. On sentait d’ailleurs la température de l’eau à cause de nos gants, seule partie de la combinaison non étanche. On préférait garder les mains hors de l’eau au risque de perdre nos doigts. Les phoques et les baleines sont bien plus à l’aise que nous.

D’ailleurs en ce qui concerne nos copines les baleines, malgré une sortie en bateau, ces dernières ne se sont pas montrées (on a juste gagné le mal de mer) – tout comme les aurores boréales, à notre grand regret, le temps étant toujours trop couvert.

Nous avons respecté notre itinéraire à 80 %. Malheureusement vers les derniers jours, une grosse tempête a soufflé sur le pays. Par mesure de sécurité, nous avons renoncé à notre randonnée du jour pour rentrer à Reykjavík avant que la météo ne se dégrade de trop. Le vent a soufflé à plus de 110km/h et on s’est amusé à braver la tempête dans les rues.

Ces étapes manquées sont un bon prétexte pour retourner en Islande un jour, ne serait-ce que pour visiter le Nord et l’Est du pays. C’est une destination magnifique, pleine de surprises et de paysages variés, qu’il me tarde de découvrir encore. Je tiens aussi évidemment à chevaucher un jour un poney Islandais, connu pour ses allures différentes et m’enfoncer plus profondément dans les terres, verre une Islande plus sauvage et indomptée.

Découvrez notre voyage en vidéo

By | 2017-11-22T22:27:31+00:00 November 22nd, 2017|Categories: Carnets de routes|Tags: , , , , , |

About the Author:

Lectrice | Photographe | Globe trotteuse | Trucs de fille | Fan invertébrée des animaux | Monteuse vidéo | & Comparse châtain d’une Comparse blonde <3

Leave a Reply